Fait Divers: Affaire DJ Arafat poursuivi pour coups et blessures, voici notre avis

Salut chers abonnés cette nouvelle rubrique sera consacrée aux faits divers, insolites, affairages, potins… liés aux TIC ou au Droit des TIC ne restez donc scotchés… Nous débutons aujourd’hui avec une affaire concernant un célèbre artiste de Cote d’Ivoire et d’Afrique… Monsieur Houon Ange Didier ou encore DJ Arafat.

Certains de nos abonnés ont voulu savoir que pense l’équipe JurisTIC-CI de la condamnation de DJ ARAFAT par la justice Ivoirienne. En effet, il y a à peine un mois, le célèbre artiste Ivoirien qui a été reconnu coupable de coups et blessures et acte de cybercriminalité, s’est vu condamné à une peine de 12 mois de prison et une amende de 20.000.000 de francs CFA.

Nous avons voulu attendre une relative accalmie sur cette affaire, pour éviter de créer un quelconque malaise ou malentendu avec les FANS de la star que nous savons très nombreux, dévoués et passionnés.

Voir aussi: L’Impact des réseaux sociaux sur la société ivoirienne

Des mails, nous en avons reçu, des messages privés sur notre page Facebook aussi, et nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous suivent et nous portent de l’intérêt.

Pour revenir à la préoccupation de nos abonnés à savoir qu’en pense JurisTIC-CI ? Eh bien nous répondons que nous n’en pensons absolument RIEN. Nous constatons plutôt…

Que constatons nous ?

Nous constatons la prévision de l’article 62 de la loi Ivoirienne relative à la Cybercriminalité. Ledit article dispose : « Est puni de 1 mois à 5 ans d’emprisonnement et de 1.000.000 à 20.000.000 de francs CFA d’amende, le fait pour une personne de produire, de mettre à la disposition d’autrui ou de diffuser des sonnées de nature à troubler l’ordre public ou à PORTER ATTEINTE A LA DIGNITE HUMAINE par le biais D’UN SYSTEME D’INFORMATION ».

Nous pensons que cette disposition est très claire.

Le débat est donc ailleurs…

Peut-être la Justice devrait-elle gracier l’icône du « coupé décalé » … Mais quand on se souviens que quelques mois plutôt, la même justice n’a pas fait dans le détail en condamnant un jeune homme qui avait fait un commentaire plus que déplacé sur les réseaux sociaux, on se demanderait au bout, pourquoi ce dernier serait maintenu en prison et DJ ARAFAT lui, serait gracié… ?

Voir aussi: La puissance des médias sociaux

Bref nous ne voulons rater aucune occasion pour lancer un vif appel à la prudence dans nos agissements sur Internet.

Nous vous invitons à suivre nos articles sur le site www.juristic.ci et aussi à vous imprégner des lois du secteur des TIC Ivoirien. Ces lois sont disponibles en accès libre et gratuite dans la bibliothèque de notre site : http://www.juristic.ci/textes-nationaux/ .

Continuez de partager nos publications pour une sensibilisation plus large, abonnez vous a notre page Facebook et suivez-nous sur Twitter, Linkedin et comme toujours, restez connectés !!

L’équipe JurisTIC-CI

Merci de laisser un commentaire