Les clash sur internet et les réseaux sociaux: Phénomène à suivre ou a fuir ?

Nous sommes nombreux à assister à ce qu’on appelle dans le jargon les CLASH sur internet et les réseaux sociaux.

Le CLASH est une forme de communication par messages ou vidéos interposées où une personne A interpelle une personne B sur un sujet donné, et la personne B de répondre à son tour etc. Cela est très courant en Côte d’Ivoire chez les artistes chanteurs communément appelés DJ (Disque Joker).

Parfois, les acteurs de ces CLASHS sont très virulents dans leurs propos et vont même jusqu’à se proférer des menaces !

Nous pensons que ces pratiques ne sont pas appropriées. Elles sont même déplacées vu que de nos jours ces Artistes sont les idoles d’une très grande partie de la jeunesse Ivoirienne, partant des adolescents jusqu’aux tout petits mêmes.

Mais que peut-on ?  Hélas, pas grand-chose, car au fur et à mesure, les CLASH par vidéo interposées publiées en grande partie sur les réseaux sociaux se sont petit à petit incorporé dans l’univers du coupé décalé ! Du coup le coupé décalé sans CLASH est un coupé décalé mort !! Les fans des différents artistes ont commencé à s’y habituer. On va souvent jusqu’à réclamer des CLASHS pour créer le « BUZZ ».

Mais les valeurs du coupé décalé, cette musique qui vend les mérites de notre beau pays en Afrique et dans le monde, sont-ils lié à un quelconque point de vu a ces CLASH qui foisonnent sur les réseaux sociaux ?? DJ TABOURET et DJ JETON sont ils obligés de s’insulter, se menacer, s’engueuler sur les réseaux sociaux pour que le coupé décalé ait son sens ? A chacun de répondre !

Voir aussi: Tout savoir sur le service de portabilité en Côte d’Ivoire

Mais il est un fait qui est indéniable, c’est que ‘’limite n’est pas Ivoirien’’. « Comme les stars du coupé décalé le font, bon, attend moi aussi je vais le faire, parce que je trouve ça fun » !

ATTENTION ATTENTION !!

Là où nous voulons attirer l’attention de tout un chacun c’est sur la dureté des expressions dans certains CLASH où certains menacent d’autres de violence et souvent même de mort… Comme nous avons coutume à le dire nous le répétons encore, internet n’est pas un no man’s land ou si vous voulez, un endroit dépourvu de règles juridiques. Tous les actes que nous posons sur internet ont des conséquences juridiques.

En fait, l’Article 59 de la loi Ivoirienne sur la cybercriminalité prévoit en son alinéa 1 : «  Est puni de deux (2) à cinq (5) ans d’emprisonnement et de 5.000.000 à 20.000.000 FCFA d’amende, le fait pour toute personne de menacer  autrui de mort ou de violence par le biais d’un système d’information ».

Voilà qui est assez clair. Nous souhaitons que les internautes sachent toujours raison garder… N’attendons pas de tester la loi et les forces de l’ordre, ceux-ci ne font que leur travail. N’attendons pas qu’une autre personne soit emprisonnée avant de nous méfier. Travaillons ensemble pour une jeunesse sans condamnation, car nul n’est censé ignorer la loi !

 

Lionel KOKORA, JurisTIC-CI

Merci de laisser un commentaire